Théma ESS

La consommation responsable c'est quoi pour vous ?
Paroles de personnes engagées


 A l'occasion de la quinzaine du commerce équitable, qui cette année se joint au mouvement d'une consommation responsable et engagée, des femmes, dont deux cigalières, une entrepreneuse cigalée et une permanente à l'association des CIGALES d'IdF ont bien voulu répondre à notre question... La consommation responsable, c'est quoi pour vous ?

Stéphanie, CIGALES Les Investis " Une consommation qui se soucie du collectif "
" Pour moi c'est une consommation qui se pose la question de ce qui se passerait si tout le monde consommait comme elle. Une consommation qui se soucie du collectif en quelque sorte. Et une consommation qui ne prend pas toute la place, qui reste un moyen et non une fin, qui n'est pas érigée en valeur unique. "

Marie-Caroline, CIGALES Vents de Bièvre " Vérifier l'impact d'une dépense "
" La consommation responsable…
A titre privé il faut commencer par se poser la question du besoin. Si cela consomme des ressources non durables, en l’absence de besoin, je cherche à m’abstenir. Si cela consomme des ressources renouvelables, pour le non consommable, je vais rechercher ce qui a une forte durée de vie, ce qui est réparable. Je privilégie la production locale et dans l’alimentaire ce qui respecte l’environnement et la santé, les circuits courts, les petites entreprises, ce qui privilégie l’emploi. J’aime connaître le producteur. Finalement consommer de l’art a peu d’impact environnemental et cela créer de l’emploi ! C’est l’idéal mais on ne vit pas d’amour et d’eau fraiche…

D’un point de vue macro économique, au delà des principes ci-dessus, il me semble d’important de vérifier l’impact d’une dépense : si j’injecte 1 euro dans l’économie, où a-t-il le meilleur impact (emploi, éducation…) et le moins de nuisances dans le court et long terme. Cette question devrait être posée en permanence. "

Isabelle, boutique de commerce équitable Maalkita " Acheter juste et non juste acheter "
La boutique Maalkita
" La consommation responsable n’est autre qu’un achat " citoyen " il s’agit " d’acheter juste et non de juste acheter ". Ainsi on peut dire que c’est un système de commerce qui favorise un mode d'échange plus juste, plus respectueux des gens et de l'environnement, basé sur le dialogue, le respect, l’équité. Pour moi, le commerce équitable est également valable dans les pays riches : cela permet notamment aux jeunes artisans, créateurs et designers de bénéficier d’un circuit de vente auquel ils n’ont pas accès en dehors de salons qui leur coûte terriblement cher et de sensibiliser le grand public sur un nouveau mode de commerce mondial.
La boutique Maalkita essaie de donner un sens éthique au commerce de proximité en s’attachant à l’utilité sociale de l’acte d’achat, et en proposant au consommateur d’avoir une démarche réfléchie et de consommer de façon active.
La démarche de consommation citoyenne reconnaît également le caractère environnemental des articles en notamment proposant des articles " propres " faits à partir de matières naturelles ou recyclées.
Il s’agit de montrer que dans le monde du commerce mondial que l’on connaît, on peut proposer un autre système de commerce qui s’appuie sur la reconnaissance de la valeur travail (rémunération juste), sur la fabrication des articles à partir de matériaux qui ne nuisent pas à l’environnement.

Rendez-vous sur le site de Maalkita...

Aurélie, permanente à l'association des CIGALES d'Ile-de-France
" Privilégier certains types d'entreprises et d'activités "
" Trois mots pour englober de vastes thématiques et beaucoup d'idées. Consommer responsable et engagé… pour moi, cela signifie avant tout privilégier la qualité au détriment de la consommation de masse que je connais depuis mon enfance. C'est aussi protéger notre environnement et ses richesses pour préserver une qualité de vie aux générations futures. C'est également vouloir prendre soin de soi et de sa santé. C'est enfin privilégier certains types d'entreprises et d'activités, un juste prix des produits, une répartition équitable des richesses pour l'ensemble des salariés d'une filière, un mode d'organisation où chacun à sa place (sauf les enfants) et son importance.

Ce n'est pas facile tous les jours pourtant. Je dois par exemple avouer que suis souvent tentée parce que la société sait créer le besoin. On commence cependant par un petit pas qui nous amène ensuite à réfléchir et à repenser de façon plus globale sur sa manière de vivre et de consommer. Mon travail au sein des CIGALES et ma collègue Judith ont été pour moi ces déclencheurs et m'ont permis d'avoir la connaissance d'initiatives concrètes : faire partie d'une AMAP pour les légumes et les pots de confiture (un vrai régal), découvrir des soins et des produits cosmétiques naturels qu'on peut même faire soi-même, acheter des produits ménagers moins chimiques et toxiques (tout aussi efficaces et les astuces de grands-mères restent les meilleurs atouts), ne pas toujours choisir la facilité et la simplicité (à Pantin les vraies assiettes ont remplacé les assiettes plastiques ou cartonnée. On fait nous même la vaisselle avec les moyens du bord mais on y arrive !).

Nous essayons chacun de faire notre part. En ce qui me concerne je change mes habitudes pas à pas : de la sensibilisation, je suis passée à l'achat de produits bio et équitables en grande surface à l'achat de certains produits dans des supérettes bio et à l'adhésion à une AMAP. Tout n'est pas parfait dans mes habitudes mais je sais que je suis de plus en plus active dans cette démarche et que j'ai envie de tendre vers cette réelle consommation responsable et engagée ! "

Source photo en haut de page : Organisation Internationale du Travail. Pour de plus amples informations cliquez ici.
Partager