Témoignages de CIGALES

Les CIGALES Les Jeunes Pousses et Vents de Bièvre et le projet
Le Petit Café du Monde Entier

Qui a fait preuve de plus de persévérance, Luisa, la créatrice du projet, ou les six CIGALES qui l'ont soutenue, depuis sa toute première présentation en BAP le 3 décembre 2009, jusqu'à l'ouverture du Petit Café du Monde Entier, dans le 11ème art. de Paris, le 14 septembre 2011 ? Il a fallu une conviction chevillée au corps et une confiance mutuelle sans faille pour qu'un tel projet voie le jour. Pendant près de deux années les occasions n'ont pas manqué de voir se défaire le lien ténu qui unissait nos CIGALES à Luisa et à son projet.
Pourquoi un tel enthousiasme et une telle constance ? 

Très certainement parce que les CIGALES et particulièrement Les Jeunes Pousses et Vents de Bièvre ont été séduites par l'originalité du "concept", mais aussi parce qu'elles ont senti en Luisa toute la conviction, la volonté et l'énergie qui l'animaient pour mener à bien le projet qu'elle portait en elle. Tout au long de ces deux années le dialogue n'a jamais cessé ; questions, conseils, informations… l'échange ne s'est jamais interrompu, grâce à la volonté réciproque… et aux nouvelles technologies! Quand chacun, créateur et CIGALES, sait qu'il peut compter sur l'autre, quand la confiance est durablement instaurée, l'aboutissement du projet est garanti.
Nous avons vu dans Le Petit Café un lieu à multiples visages, café, boutique, ateliers. Des activités destinées tout aussi bien aux enfants qu'à leurs parents. Un lieu qui offre à chacun, petits et grands, en synergie, l'apprentissage d'une technique, d'un art, d'une langue. Lieu de création et d'invention qui transcende les générations, les langues, les nationalités et les milieux sociaux. A l'échelle d'un quartier mais aussi de la ville entière, car de tels lieux ne sont pas si nombreux, on vient de loin pour découvrir sans contrainte une langue qui n'est pas la sienne ou apprendre à cuisiner des mets originaux…. Ce "générateur" de lien social nous a beaucoup intéressés. L'objectif est fort ambitieux mais la vision est cohérente et globale, ce qui n'est pas si fréquent.
Autre défi à relever, il s'agissait de rendre économiquement viable ce lieu avant tout tourné vers le social, l'humain, la découverte de l'autre. Nous devions ne pas oublier de considérer le Petit Café comme n'importe quelle entreprise, avec ses "clients", ses investissements à financer, ses comptes à équilibrer, son personnel à gérer…Toutes les activités du Petit Café, culture, animations, langues, restauration, boutique, sont proposées dans un cadre marchand. Venir au Petit Café n'est pas une activité banale, c'est une démarche qui coûte et cela suppose un investissement certain de la part de tous.
Objectifs culturels, sociaux, écologiques… il n'y a aucun doute, l'"éligibilité" du Petit Café vis-à-vis des critères CIGALES ne se discute pas. Mais il y aussi son originalité ; l'innovation est au cœur du développement économique durable, l'expérience du Petit Café nous sera très précieuse.
Au fait, pourquoi a-t-il fallu deux ans pour que projet démarre effectivement ? Parce que Luisa cherchait un "bon" local, gage de réussite, et que cela ne fut pas facile. Car s'il n'y a qu'un conseil à donner aux porteurs de projets c'est le suivant : "Ne sous-estimez pas la difficulté ; trouver le bon local, le bon emplacement, etc. n'est pas chose facile, sachez anticiper !".

Claire Jeanblanc membre de la CIGALES Les Jeunes Pousses et Michel Labrousse membre de la CIGALES Vents de Bièvre.
Partager