Témoignages d'entreprise

Au Petit Café du Monde Entier ...
Parents et enfants sont rois !

Quand on ouvre la porte du Petit Café du Monde Entier la première fois, on est frappé par deux choses : l'arôme des gâteaux au four qui embaument et le sourire de Luisa. C'est avec beaucoup de gentillesse et de chaleur qu'on est accueilli, Luisa est bonne conteuse et c'est en tout simplicité qu'elle parle des problèmes rencontrés par les jeunes mamans à Paris. Ces difficultés, elle les connaît bien puisqu'elle les a vécues. En tant que jeune maman éloignée de son pays d'origine (le Mexique), elle a connu l'isolement elle aussi !

Avril Dunoyer
A l'origine du Petit Café du Monde Entier, un simple constat : il n'existe pas de lieu prévu pour accueillir à la fois enfants et parents à Paris. Bien sûr, on peut aller se promener dans les nombreux parcs, mais la belle saison n'est pas éternelle, et quand il s'agit de changer son bébé, de le nourrir ou de lui raconter calmement une histoire, ça se complique. Et entre les cours de judo, danse et piano, au mieux les parents sont entassés entre eux dans une pièce annexe à se regarder en chien de faïence, au pire ils sont priés d'aller errer le temps de la leçon. Son projet était donc simple : créer un "café" aussi bien pour les enfants que pour leurs parents. Un lieu qui proposerait des activités pour les enfants, durant lesquelles les parents pourraient patienter dans un cadre convivial et échanger entre eux autour d'une bonne tasse de café.  Un lieu aussi, où il serait possible de créer du lien à l'aide de jeux ou de loisirs créatifs. Un lieu enfin ouvert sur ... le monde entier!

De l'idée à l'ouverture du Petit Café, il a fallu en surmonter des difficultés, et notamment la recherche du local! Luisa s'est d'abord tournée naturellement vers les bailleurs sociaux, mais elle a été très étonné que les projets retenus soient plutôt ceux d'entreprises existantes, laissant les locaux moins bien situés aux créateurs. Il a donc fallu se tourner vers les bailleurs privés et leurs exigences : 1 an de dépôt de garantie ainsi qu'une caution personnelle. Mais Luisa s'est accrochée à son projet et, malgré les moments de découragements et grâce au soutien de sa famille et de ses amis, elle a réussi à dénicher l'emplacement idéal à deux pas d'un square, de nombreuses crèches et écoles.

Dans la recherche de financement, Luisa a aussi rencontré des obstacles. En commençant avec la Nef qui a refusé de l'accompagner dans son projet, sous prétexte que « les cafés associatifs ne fonctionnent pas ». Ce sont les banques classiques qui, à sa grande surprise, lui ont ouvert grands les bras. Luisa a aussi trouvé ... les CIGALES, qui lui ont apporté « du conseil et du soutien ». Avec leurs nombreuses questions, les CIGALES l'ont amenée à pratiquer une autocritique constructive, à retravailler son projet et à peaufiner son argumentaire. Être accompagnée par les CIGALES a été aussi pour Luisa l'occasion de retrouver la collégialité qui manque souvent aux créateurs.  Ce n'est pas moins de six CIGALES qui ont investi dans Le Petit Café du Monde Entier, pour un montant total de 12 000 euros.

Avril Dunoyer
Avec l'ouverture du Petit Café du Monde Entier, toute la démarche de Luisa témoigne de soucis d'éthique. A la fois sur le plan de l'emploi où une cuisinière salariée à mi-temps prépare du pain maison, sans compter la multitude d'intervenants qui animent les différents ateliers, comme dans la sélection de produits. Les jouets en vente sur place proviennent du commerce équitable ou sont écologiques, sans oublier leur valeur créatrice de lien et de souvenirs. Les mets proposés sont composés d'ingrédients locaux et de préférence issus de l'agriculture biologique... et pour Luisa la pâte à tartiner n'est peut-être pas composée uniquement d'ingrédients bio, mais elle est maison, et ça, c'est important!

Noémie Nicolas, permanente à l'association régionale des CIGALES Ile-de-France
Partager