Témoignages d'entreprises

Témoignages d'entreprise
De l'association à la SCIC...


En Février 2011 nous avons créé l'association LUDOMONDE dont l’objectif est de promouvoir l'accès aux loisirs à travers le jeu : animations gratuites pour le public dans les cafés, parcs et jardins et vente de prestations d'animation et de formation auprès des professionnels, en région Ile-de-France.
Dès le départ, nous imaginions LUDOMONDE sous la forme d'une société coopérative mais comme celle-ci nécessitait au moins un salarié à plein temps, la solution association est apparue pertinente pour débuter notre activité, puisqu'elle nous permettait de défendre les mêmes valeurs (gestion démocratique, implication de tous les acteurs) sans avoir recours au salariat.
Notre souhait de transformation de l'association en Société Coopérative d'Intérêt Collectif s'est mué en création de SCIC tout en gardant vivante l'association de départ car certaines contraintes économiques comme les aides à la création d'entreprise et la volonté de maintenir des actions militantes non rémunérées ne nous permettaient pas d'envisager une simple transformation.

Pourquoi faire une SCIC ?
Militant convaincu de l'Economie Sociale et Solidaire, nous voulons une société où le travail est au service de l'homme et non l'inverse, où les dérives financières du capitalisme non réglementé n'ont pas leur place. La SCIC garantie une gouvernance démocratique (1individu = 1voix) et implique tous les acteurs du projet : salariés, porteurs de projet, bénéficiaires des actions, partenaires, bénévoles et collectivités. Des gardes fous légaux permettent sa pérennité (57,5 % des bénéfices doivent être réinjectés en réserves impartageables) et limitent les dividendes (à environ 3,15%). Une gestion humaine du travail et de l'intérêt collectif apportent une véritable plus-value sociale et redonne un sens aux services que nous proposons.

En quoi est-ce un challenge ?
Il nous faudra être vigilant quant à l'articulation des actions de l'association et de la société coopérative, notamment sur la question de l'implication bénévole. L'indépendance de l'association doit être garantie pour que nous ne soyons pas juge et partie : c'est pour cela que nous ne nous inscriront plus dans les instances dirigeantes de l'association. Cette dernière se concentrera sur les actions sociales non (ou peu) rémunérées et s'appuyant uniquement sur une force bénévole, la SCIC développera une activité économique lucrative à travers la coopération de multiples acteurs.

La SCIC moins confortable qu'une société classique ?
Il est simple de prendre une décision seul. La partager et accepter qu'elle soit discutée, voire modifiée, ne se fait pas sans compromis. Néanmoins, la force de la décision collective apporte quant à elle soutien, assurance et force de conviction. Sans nul doute que cela paraît plus compliqué mais c'est à ce prix que se paye le militantisme et l'innovation si nous voulons changer la société et montrer que les modèles de l'ESS sont crédibles et pertinents !

Franck Gautier et Stéphane Cloux (Gérants de LUDOMONDE)
Entreprise cigalée en 2012
Partager