Témoignage de CIGALES : Le club Des pépètes aux pépites

Le club CIGALES Des Pépètes Aux Pépites va bientôt passer en gestion : en mai 2020, les membres du club arrêteront d'épargner et le club n'investira plus dans de nouveaux projets. A l'occasion de la rédaction du rapport d'activités de 2018, les cigalier·ères de ce club ont témoigné de leur expérience au sein du mouvement des CIGALES et de leur fonctionnement.

                          Une partie des membres de DPAP lors de leur week-end annuel à Paris
L'origine de la CIGALES DPAP

Suite à une réunion d’information organisée par l’association régionale, la CIGALES se crée en mai 2015 avec 8 membres. Pour la plupart âgé.es de moins de 35 ans et cigalier.ères débutant·es, les membres ont rapidement réussi à trouver leur place dans cette CIGALES où chacun.e était attentif·ve aux autres. Depuis, 7 nouveaux.elles membres ont rejoint le club, 2 membres ont décidé de s’arrêter et 1 membre est devenu un « épargnant passif », ce qui veut dire qu’il continue de cotiser, sans participer aux réunions ni au suivi des projets. Un certain turnover semble normal vu les âges et les activités professionnelles et bénévoles des membres.  Les membres habitent principalement Paris et travaillent dans les métiers de la finance, des sciences et de l’ingénierie (télécom, urbanisme, etc.).

La vie du Club 

DPAP s’est réunie 10 fois en 2018, à l’occasion de réunions organisées quelques jours après chaque Bourse aux projets. Chaque membre apporte quelque chose à manger ou à boire, ce qui fait que les réunions se tiennent autour d’un repas informel et amical, tour à tour chez un.e des membres. De plus, une réunion de team building est organisée chaque année pendant un week-end à la campagne, à côté de Rambouillet ou à Paris. Cela renforce les liens entre les membres et l’esprit d’équipe. Les membres cotisent entre 15€ et 100€ par mois. La collecte mensuelle atteint ainsi autour de 750 à 800 euros. DPAP passera en gestion en mai 2020. Le besoin de continuer à cotiser est donc en discussion à l’heure actuelle.


L'implication du club dans l’association régionale

Les membres se sont impliqué.es également dans la vie de l'association régionale au sein du conseil d’administration, pour l’organisation d’évènements (afterworks) et la communication. Début 2019, Mickael Barth a rejoint le bureau de l'association. De son côté, Laurence Piekarski a intégré l’équipe en charge du suivi et de la consolidation des partenariats de l’association.       

Le soutien aux porteurs de projets

“Nous essayons d’apporter plus qu’un soutien financier aux projets que nous accompagnons. A travers notre réseau, nos compétences et expertises individuelles, notre club apporte un soutien adapté aux besoins des porteur.euses de projets, allant du conseil stratégique au coup de pouce le week-end pour nettoyer des cagettes !” Mickaël, membre de la CIGALES.

Chaque projet soutenu par DPAP est suivi par un binôme qui identifie les besoins du.de la porteur·euse, avant même la signature de la convention. La CIGALES DPAP prend du plaisir à rencontrer en physique les porteur·euses de projets dans la phase de préparation avant l’investissement et dans le suivi opérationnel. Au total, en 2018, ce sont près de 8000 € investis, en plus du soutien aux porteur·euses comme : conseil, nettoyage de cagette, participation à des événements, etc.                                      

Les projets soutenus  en 2018

En 2018, troisième année d’activités du club, 4 projets ont été soutenus pour un total de
8 000 € :

. La conquête du pain est une boulangerie sous statut coopératif (SCOP-SARL) employant des personnes en insertion et intégrant une pratique autogestionnaire. Elle produit un pain biologique de qualité.
. La Compagnie Energies et Territoires (LCEET) qui développe des projets locaux de transformation de bio ressources (solaire, biomasse et hydraulique) en énergie renouvelable électrique et thermique.
. One each, un restaurant solidaire et une entreprise d’insertion travaillant avec des fournisseurs locaux et faisant la promotion des circuits courts en adéquation avec la politique de la ville.
. L’arbradys, une maison d'édition spécialisée dans les supports papiers et numériques adaptés aux enfants porteurs de troubles cognitifs et notamment les troubles dys.

Depuis sa création, DPAP a décidé de soutenir un total de 10 projets :




- Les cigalier·ères du club Des pépètes aux pépites
Partager