Un apéro virtuel avec la Cigales Terres natives

Il est 19h. C'est l'heure d'une réunion pas comme les autres avec la Cigales Terres Natives. Un verre de vin, une petite infusion et nous voilà fin prêt·es à nous connecter en visio conférence. Je suis un peu timide devant ces 10 personnes dynamiques, enjouées et dont l'engagement ne se fane point devant la situation ... 
Un apéro avec Terres Natives.



"Une Cigales qui choisit ses projets à coup de cœur réfléchi"

Terres Natives est une Cigales née durant l'été 2016. Elle est composée d'une dizaine de personnes jeunes, moins jeunes, sans âge. A la question : qu'est-ce que vous faites dans la vie ? Elles et ils répondent joyeusement qu'ils et elles randonnent, chantent, dansent... Cela fait un beau programme déjà dans une vie. La Cigales choisit ses projets à "coup de cœur réfléchi" et s'est fixé un critère: "on ne décide d'investir dans le projet que s'il remporte un consensus". Un critère simple qui les a amenés à investir dans les projets comme l'Arbradys, Ethik'do ou encore la librairie L'Etabli. 

Revenons à notre réunion. L'ambiance est décontractée. Les visages apparaissent un à un sur mon écran. Boris, le trésorier avec en fond des monts enneigés... une nostalgie de vacances peut-être.  La petite assemblée le chahute un peu mais est curieuse de savoir comment il a réussi à planter ce décor idyllique. Yohan essaie le fond en vache mais l'écran se montre capricieux et son acte déclenche à nouveau chahut et rires.

Apparaissent les visages d'Anne-marie, de Thibault, de Lucie, de Julie ... et d'autres. Ils n'habitent pas tous·tes Paris ou sa banlieue : Anne-Marie habite la Lorraine, j'apprendrai par la suite que deux autres cigaliers manquent à l'appel : l'un habite le Burundi, l'autre la Nouvelle-Calédonie. Skype, WhatsApp: la distance n'est pas une barrière pour participer.

Une fois toutes les connections établies, la réunion débute et le ton devient plus sérieux.
Boris commence par un bref point trésorerie, résume les montants investis et le budget restant pour les futurs projets

A sa suite, Lucie prend la parole :

"Comment les porteurs de projets surmontent cette période difficile ? Quelles solutions apporter pour les aider au mieux ? "

L'inquiétude se lit sur les visages et de l'empathie transparaît dans les voix. Un·e à un·e, chacun·e fait le point sur le·la porteur·euse de projet contacté·e, sur la situation du projet et comment aider au mieux l'entrepreneur.euse. Certain.es sont déçu.es de ne pas avoir de nouvelles des projets dans lesquels ils ont investi, d'autres en ont et décrivent la rudesse de la crise sanitaire sur les jeunes initiatives. Des solutions apparaissent : adapter les conditions de remboursement en rallongeant les délais, contacter les coordinateur·rices de projets pour savoir s'ils ont des nouvelles et/ou établir une stratégie commune sur des projets financés par plusieurs clubs.
Cette démarche est actée et les rôles répartis. 

Lucie aborde le 3ème point de l'ordre du jour : les projets sélectionnés pour la Bourse Aux Projets du 13 mai.

Anne-marie les énonce devant une assemblée curieuse qui n'a visiblement pas eu le temps de les analyser avant. Elle en fait une description succincte et partage ses initiatives préférées. D'autres interviennent pour rajouter des informations sur certains projets. 
Pas de décision immédiate n’est prise car l'assemblée souhaite attendre les moments d'échange de la BAP pour choisir les futurs projets à financer.

Avant de se déconnecter, Julie demande comment va chacun·e. On évoque le jonglage entre le rôle de papa et le télétravail que le confinement génère ; les aménagements imposés, une prochaine mutation au Burkina Faso, les naissances, un projet artistique... 

Evidemment on n'oublie pas de fixer la date de la prochaine réunion !

"Chez Terres Natives, on est chanteuse, conseiller en Risk management, en RSE ou dans le domaine de la formation... on vit en France ou à l'étranger."

Une diversité d'acteurs unis par un même engagement : croire et investir dans des coups de cœur dont l'impact est positif pour la société.

- Aita des Cigales 

Partager