[Episode 1 – Le Relais, entreprise cigalée] - La Pantinoise et Le Relais : quelle évolution après dix ans d'histoire ?

Le Relais est un restaurant et centre de formation fonctionnant aujourd'hui sous forme coopérative (SCIC). Pas moins de 10 CIGALES ont accompagné le chemin de la société coopérative d'intérêt collectif depuis plus d'une dizaine d'années. Le Relais est un bel exemple de réussite de l'engagement de citoyen·nes tant du côté des financeurs que des porteur·euses de projet. Parole de cigaliers ! David Nicolet, citoyen financeur impliqué dans les CIGALES depuis 2001 et Jacques Dughera, cigalier encore plus ancien et président de la SCIC Le Relais depuis 2017, nous ont fait part du chemin commun des CIGALES (et notamment du club La Pantinoise) et du Relais depuis  2010. Ils nous expliquent l’implication et les choix des citoyen·nes financeurs des CIGALES au moment de la dissolution du club La Pantinoise.

 
L’implication des financeurs citoyens auprès du Relais

Un soutien financier déterminant

La coopérative le Relais compte aujourd'hui plus d'une centaine de sociétaires individuels. Les 10 CIGALES sociétaires pouvaient regrouper chacune entre 5 et 20 cigaliers. Leur apport financier a été déterminant puisqu'elles ont pu représenter jusqu'à 21% du capital social. En outre, l'accompagnement autre que financier a permis d'autres formes de soutien (voir ci-dessous).

La durée de vie d’une CIGALES est de 10 ans. Pendant les 5 premières années, les membres du club CIGALES peuvent investir dans plusieurs structures, ensuite la CIGALES retire son apport financier de ces entreprises en vue de sa dissolution. Ainsi, certaines CIGALES vont, tout comme La Pantinoise, devoir sortir prochainement du capital du Relais. La structure devra ainsi donc trouver des solutions pour renforcer les fonds propres « privés » de la SCIC. Les investisseurs publics sont en effet déjà au maximum de l’engagement (50% du capital social) prévu par la loi du 31 juillet 2014 relative à l’ESS – (pour en savoir plus, c’est par ici - )

L’exemple de la CIGALES La Pantinoise témoigne de la relation de soutien de long terme qui peut s’établir entre des citoyen·nes financeurs et une entreprise. En effet, dans ce cas, le soutien des citoyen·nes continue même une fois la CIGALES dissoute. La CIGALES La Pantinoise (active de 2010 à 2014 possédait 9000 euros au sein du capital de 154000 euros de la SCIC. Son gérant, Gérard Lemercier, a procédé à la dissolution de la CIGALES en répartissant les parts de la SCIC :
  • Entre les cigalier·ères volontaires souhaitant rester investisseurs à titre individuel (285 parts)
  • Et les parts dont la CIGALES demande le remboursement (165 parts).
L’assemblée générale du Relais a validé les nouveaux·elles sociétaires issus de la CIGALES La Pantinoise et validé la valeur de la part sociale, compte tenu des résultats financiers de la société. Le remboursement sera effectué sur la base de cette valeur. 

Un accompagnement de proximité qui revêt des formes multiples

Durant la présence des CIGALES au capital, les cigalier·ères se sont impliqué·es de diverses manières au sein du Relais: participations aux Assemblées Générales bien sûr, mais aussi au sein du Conseil d'administration, aux groupes de travail et réunions de la commission finances de la SCIC. Ces participations ont été l’occasion pour les cigalier·ères d’y apporter leurs compétences via leurs échanges de suggestions, remarques et conseils au fil de l’évolution de la coopérative et son modèle socio-économique.
L’implication des cigalier·ères en termes de communication a également été active. Avertis par les newsletters du Relais sur la programmation des activités culturelles, les cigalier·ères ont  relayé l’information sur les réseaux sociaux et ont participé aux événements. Certain·es membres des familles de cigalier·ères sont devenus des client·es en choisissant les structures du Relais pour l’organisation de leurs fêtes privées.
Par ailleurs, grâce aux clics générés par le réseau des cigalier·ères et la diffusion par l’Association Régionale, en 2018, le projet « snacking up » porté par Le Relais a figuré en position honorable lors de l’appel à soutien.
Outre les actions concrètes et le suivi, ce sont également des relations de confiance qui se sont instaurées et la volonté de faire perdurer un lieu de vie d’un quartier.

Pour en apprendre plus sur le Relais, suivez-nous, un deuxième épisode sera bientôt disponible sur notre site ! 

Anne-Marie & Bérangère, avec David (cigalier depuis 2001) et Jacques (aujourd'hui Président de la SCIC)
Partager